Photos

Cette page est dédiée aux photographies – astrophotographiesL’astrophotographie, souvent appelée simplement astrophoto (AP), est une discipline de l’astronomie et de la photographie qui consiste à photographier des objets célestes., réalisées par les membres de l’Association Astronomique de l’Ain, soit avec le matériel de l’association, soit avec leur matériel personnel.

Paysages lunaires, par Jean-Claude Alléhaux
Voici quelques résultats des prises de vues faites dans la nuit du 10 au 11 octobre dernier à l’observatoire Pierre Joannard.
Instrument : le Meade LX200 de 12 pouces soit 305mm installé sous la coupole.
Caméra DFK 21AU04.AS placée au foyer pour la première vue, et avec une Barlow x2 pour la seconde.
Les deux vues sont une mosaïque de photos elles-mêmes réalisées en compilant des vidéos de 600 images à chaque fois. Les vidéos sont traitées avec  Registax 6Logiciel gratuit de traitement des vidéos planétaires, lunaires ou solaires, la mosaïque est assemblée avec Image Composite EditorImage Composite Editor (ICE) est un outil de création d’image panoramique avancé créé par Microsoft Research Computational Photography Group., puis un dernier ajustement avec Photoshop Elementslogiciel de retouche rapide de photos par Adobe.
Première vue sans BarlowUne lentille de Barlow (du nom de son inventeur Peter Barlow) est une lentille divergente permettant de multiplier artificiellement la distance focale d’un instrument. : mosaïque de 28 images montrant la région des cirques Ptolémée, Alphonse, Albategnius et Arzachel (sur la gauche du panorama)
La Lune est au dernier quartier, ce qui explique que la partie obscure soit à droite.
Seconde vue avec Barlow : région du cratère Archimède au centre, avec Aristille et Autolycus au-dessus, et les Monts Spitzberg au-dessus à gauche.
La Lune était bien haute dans le ciel au moment de la capture (entre 1 h 30 et  3 h), et l’atmosphère très calme.

Région des cirques Ptolémée, Alphonse, Albategnius et Arzachel (sur la gauche du panorama)

Région du cratère Archimède au centre, avec Aristille et Autolycus au-dessus, et les Monts Spitzberg au-dessus à gauche.

 


Galaxie spirale NGC 7331 par Claude Roth

NGC7331 est une galaxie spirale barrée située à environ 42,4 millions d’années-lumière de la Terre dans la constellation de Pégase .
29 poses de 10mn en luminanceLe filtre luminance laisse passer toutes les longueurs d’onde et donne les détails d’une image. et 12 poses de 10mn pour chaque couche RVBRVB pour Rouge Vert Bleu, ces trois composantes servent à colorer l’image. Poses entre le 15 et 18 octobre 2017. Matériel: Lunette William Optics de 110 et une CCD Le capteur CCD (Charge Coupled Device) est un capteur à transfert de charge sensible à la lumière. c’est également le nom communément donner au dispositif de capture utilisé par les astronomes, Atik 314L+ sur une monture AP900 GTO3.

NGC 7331 galaxie spirale dans Pégase


NGC6888, nébuleuse du croissant par Claude Roth

La nébuleuse du Croissant (NGC 6888) est une nébuleuse en émission située dans la constellation du Cygne, à environ 5000 années-lumière. Elle est issue des rapides vents stellaires créés par l’étoile Wolf-Rayet WR 136, qui poussent la matière issue de vents plus lents éjectés par cette même étoile lorsqu’elle était plus jeune et plus petite (de type géante rouge) il y a 400 000 ans. Le front de choc engendre ce que l’on nomme une bulle de Wolf-Rayet. La nébuleuse est principalement ionisée par l’étoile centrale (photo-ionisation) qui a une température de surface de 70 000K.
La composition chimique de la nébuleuse montre un enrichissement en Azote et Carbone et un appauvrissement en Oxygène. (Source Wikipédia)

25 poses de 20mn avec un filtre HaFiltre ne laissant passer que la longueur d’onde de 656,3 nanomètres. En physique et en astronomie, Hα, notée aussi H alpha, est une raie d’émission particulière de l’atome d’hydrogène située dans le spectre visible et 34 poses de 20 mn avec un filtre OIII filtre ne laissant passer que la longueur d’onde de l’oxygène doublement ionisé, soit une longueur d’onde de 500,7 nanomètres, soit 8h20 de Ha et 11h20 de OIII. Poses réalisées entre le 18/09/17 et le 12/10/17 . Matériel: Lunette William Optics de 110 et une CCD Le capteur CCD (Charge Coupled Device) est un capteur à transfert de charge sensible à la lumière. c’est également le nom communément donner au dispositif de capture utilisé par les astronomes Atik 314L+ sur une monture AP900 GTO3

NGC6888 nébuleuse du croissant.


M3 Amas globulaire par Claude Roth
Messier 3 (M3 ou NGC 5272) est un amas globulaire En astronomie, un amas globulaire est un amas stellaire très dense, contenant typiquement une centaine de milliers d’étoiles distribuées dans une sphère dont la taille varie d’une vingtaine à quelques centaines d’années-lumière. Leur densité est ainsi nettement plus élevée que celle des amas ouverts. Les étoiles de ces amas sont généralement des géantes rouges. situé à 33900 années-lumière dans la constellation des Chiens de chasse Un des plus beau à observer, déjà visible dans une paire de jumelles, il est magnifique dans un télescope. 68 poses de 120 secondes en luminanceLe filtre luminance laisse passer toutes les longueurs d’onde et donne les détails d’une image., 30 poses de 120 secondes pour les couches couleurs RVBRVB pour Rouge Vert Bleu, ces trois composantes servent à colorer l’image.
Poses prises entre le 16 mai et le 22 juin 2017 avec une lunette William Optics FLT110 TEC et une CCD Le capteur CCD (Charge Coupled Device) est un capteur à transfert de charge sensible à la lumière. c’est également le nom communément donner au dispositif de capture utilisé par les astronomes 314L+ monture AP900. Traitement Pixinsight et Photoshop CC.

M3 – Amas globulaire


Activité solaire, vue en H alpha.En physique et en astronomie, Hα, notée aussi H alpha, est une raie d’émission particulière de l’atome d’hydrogène située dans le spectre visible à 656,3 nanomètres. Elle correspond à une transition entre les niveaux d’énergie principaux n = 3 et n = 2. Par Claude Roth.
Résultat de deux vidéos sur une partie du soleil réalisées le 15 avril 2015 à 10h32 avec une lunette de 60mm spéciale pour l’observation solaire en H alpha. La première montrant les détails sur la surface solaire, la deuxième montrant une éruption solaire. Une seule vidéo montrant les deux états en même temps n’est pas possible, le temps de pose n’étant pas le même pour les éruptions que pour la surface. Un traitement avec Autostakkert, Registax 6,  Logiciels gratuits de traitement des vidéos planétaires, lunaires ou solaires, et Photoshop CC®Photoshop est un logiciel de retouche, de traitement et de dessin assisté par ordinateur pour chacune suivi d’un assemblage.

Deux composantes pour la réalisation finale ci-dessous

Soleil vu en hAlpha. Photo composite

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés