Le parhélie

Voici un phénomène peu fréquent sous nos latitudes : le parhélie.

Celui-ci a été aperçu sous les cieux de Bourg-en-Bresse le 7 octobre 2017, aux alentours de 19h.

Il s’agit d’une sorte de double halo solaire, confondu à tort avec une réplique du soleil, consistant à l’apparition de deux lueurs aux couleurs du spectre solaire à l’instar des arcs-en-ciel, « éloignées de l’astre d’une distance angulaire comprise entre 22° (petit halo) et 46° (grand halo) ».

Elles sont placées de chaque côté du soleil, à égale distance, sur une ligne horizontale appelé le cercle parhélique.

     

La distance de ces lueurs varie en fonction de la hauteur du soleil dans le ciel.

La durée du phénomène est très variable, de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes.

Les conditions favorables à l’apparition d’un parhélie sont très précises : d’une part, le soleil doit être assez bas dans l’horizon, et d’autre part, l’atmosphère doit contenir une certaine quantité de cristaux de glace présents dans les cirrus ou cirrostratus. Ces cristaux doivent avoir une forme de symétrie hexagonale.

Lors de leur chute, ces cristaux, « qui présentent des angles tous égaux à 60° ou 120°, peuvent s’orienter spontanément dans le même sens et forment un réseau de prismes qui reflète et réfracte la lumière solaire ». Ils doivent également se présenter entre faces formant entre elles un angle de 60°.

Une fois ces conditions réunies, la lumière traverse les cristaux avec un minimum de déviation de 22°. C’est à cet angle que les halos apparaissent.

 

Le même phénomène peut se produire, plus rarement, avec la lune : dans ce cas, on l’appelle le parasélène.

 

Source : Wikipédia

Les commentaires sont fermés