NUITS DES ETOILES 2018

Comme les années précédentes, la première des Nuits des Etoiles 2018 avait lieu à Courtes, à la Ferme-Musée de la Forêt, le vendredi 3 août.

Le public a été plus nombreux qu’en 2017, environ 120 personnes d’après les organisateurs (office de tourisme de St Trivier de Courtes). Les visiteurs pouvaient profiter de la visite gratuite et commentée de la Ferme-Musée, puis passer de télescope en télescope pour découvrir les beautés du ciel. Malheureusement la partie Sud-Est du ciel est restée obstinément couverte pendant pratiquement toute la soirée, ce qui a en particulier soustrait aux regards les planètes Saturne et Mars, pourtant très attendues. Il restait cependant la majestueuse planète Jupiter, entourée de son cortège de satellites, et quelques objets du ciel profond, au zénith ou au Nord-Est, comme la galaxie d’Andromède. Il a aussi été possible de faire un tour dans les constellations de l’été, sous la conduite de Gérard et de son rayon laser magique.
Quelques éclairs en milieu de soirée, au milieu des nuages, ont inquiété un moment les opérateurs des télescopes, mais la soirée s’est finalement achevée vers minuit sans une goutte de pluie.

         

Pour la seconde soirée, le 4 août à l’observatoire Pierre Joannard, la météo a été favorable de bout en bout. C’est donc une foule très nombreuse, que nous avons évaluée à environ 700 personnes, qui est venue, au fil de la soirée, satisfaire sa curiosité et parler d’astronomie.
La température était vraiment estivale, avec 32° en début de soirée et 25° à la fin (1h du matin).12 bénévoles de l’AAA encadraient la manifestation, et 7 instruments, dont 3 « gros tubes » de 300 mm et une paire de jumelles « grand format », étaient pointés vers différents objectifs, cependant que Philippe de la Cotardière animait un « espace discussion », et qu’Evelyne proposait quelques boissons à nos visiteurs.

Les observations ont commencé par les planètes visibles dès le coucher du soleil : Vénus, qui se présentait en un croissant comme la Lune, puis Jupiter avec quatre satellites comme des petits points lumineux, Saturne avec ses célèbres anneaux, et enfin Mars dont l’éclat attirait tous les regards.

Une fois la nuit complètement tombée, le « montreur d’étoiles »Gérard entamait à la pointe de son laser la visite des constellations du ciel d’été, avec les légendes qui leur sont attachées. Le sujet a tellement plu qu’il a au total répété six fois son exposé, à mesure que de nouveaux auditeurs se présentaient.

Puis vers la fin de la soirée, les télescopes se sont pointés vers des objets plus lointains, amas d’étoiles, nébuleuses et galaxies. On a suivi au cours de la soirée le passage de la station spatiale internationale, des plusieurs satellites artificiels, sans oublier de belles étoiles filantes.

Il faut rendre hommage à la patience et à la discipline manifestée par le public, qui a sagement fait la queue de longues minutes pour accéder aux oculaires pendant quelques secondes, et qui a parfaitement observé les consignes de sécurité, notamment pour la circulation automobile réglementée en sens unique.

Cette soirée a bénéficié de plusieurs échos dans la presse locale, que vous retrouverez en suivant les liens ci-dessous :

https://c.leprogres.fr/ain-01-edition-bourg-et-environs/2018/08/06/nuit-des-etoiles-700-curieux-a-l-observatoire-du-mont-july

https://c.leprogres.fr/ain-01-edition-bourg-et-environs/2018/08/07/nuit-des-etoiles-2018-organisee-par-l-association-astronomique-de-l-ain-gpso

ECLIPSE DE LUNE – 27 JUILLET 2018

L’événement était annoncé sur les médias nationaux depuis quelques jours : éclipse totale de Lune, et en prime, le passage de Mars à l’opposition, à une distance de la Terre la plus proche depuis 2003 : il n’était donc pas étonnant que la foule soit nombreuse aux grilles de l’observatoire Pierre Joannard ce vendredi soir 27 juillet. Malheureusement, malgré un ciel sans nuage les jours précédents, des nébulosités envahissaient peu à peu le firmament, si bien qu’au lever de le Lune il n’y avait absolument rien à voir dans le ciel.
Le public, évalué à plus de deux cent personnes, ne s’est pas découragé, et s’est installé sur la pelouse de l’observatoire pour voir les instruments, visiter la coupole, et discuter avec les bénévoles de l’AAA. Et la patience a été récompensée ! Au fil de la soirée, on a vu apparaître quelques étoiles au zénith, puis une faible lueur rougeâtre derriére les nuages à l’Est. A l’occasion d’une brève déchirure dans le rideaux nuageux, Romain, dont la lunette armée d’un APN, était en position, a pu capturer dans un fond de brume une Lune cuivrée du plus bel effet.

Puis le rideau opaque s’est peu à peu dissipé, et nous avons pu assister à la dernière phase de l’éclipse, avec une Lune en croissant inhabituel qui a retrouvé vers minuit son aspect entièrement éclairé.
Profitant de l’embellie, les télescopes se sont tournés aussi vers Saturne, Mars et quelques objets du ciel profond comme M57 ou M31.

Rendez-vous est maintenant pris pour la prochaine éclipse de Lune, le 21 janvier 2019. Mais là, ce sera plus dur, puisqu’on sera en plein hiver, et que l’éclipse sera visible en seconde partie de nuit !

Festival du Soleil – Journée Pierre Bourge du 16 juin 2018

Pour la troisième fois consécutive, l’AAA a participé aux Journées Pierre Bourge, organisées dans toute la France en souvenir d’un immense vulgarisateur passionné d’astronomie.
Tout au long de l’après-midi de ce 16 juin ensoleillé, une cinquantaine de visiteurs se sont présentés à l’observatoire Pierre Joannard, pour en apprendre un peu plus sur notre étoile.
Malgré le ciel dégagé, l’observation directe du Soleil a été un peu décevante, car l’activité de l’astre étant actuellement faible, le public n’a pu voir aucune tache solaire, et seulement une petite protubérance.
Les attentes se sont reportées sur une nouvelle animation consacrée aux cadrans solaires : grâce à quelques schémas et maquettes, et aussi au cadran solaire offert à l’association par le général Maurice Francillon, le public a pu un peu mieux comprendre le principe de fonctionnement de ces appareils qui remontent à la plus haute antiquité. Il a aussi découvert pourquoi l’heure solaire ne correspond jamais à l’heure de notre montre !

Nouvelle page pour le calcul d’éphémérides

L’association vient de mettre en ligne une nouvelle page dédiée au calcul des éphémérides.

C’est une copie autorisée et partiellement traduite en français du projet de Peter Hayes.
Cette nouvelle page permet de personnaliser les éphémérides, le lieu, la date et le nombre de jours.
La partie « Aide » reste à traduire, si vous voulez participer, veuillez nous contacter.

https://astronomie-ain.fr/hayes/ephemeris.html

L’AAA en pleine « Belgitude »

Suite à la proposition formulée par Altec (qui organise de nombreux événements scientifiques dans l’Ain, dont la Fête de la Science), l’Association Astronomique de l’Ain s’est installée le samedi 12 mai place Edgar Quinet à Bourg en Bresse. L’objectif était de participer à un parcours pédagogique retraçant l’histoire de l’Univers, du Big Bang à nos jours. Et comment cette évocation des origines de l’Univers pouvait-elle s’intégrer au cœur des journées  consacrées à la « Belgitude », du 8 au 16 mai 2018 ? Grâce à la figure de Georges Lemaître, l’astrophysicien belge qui est aussi une grande figure de la théorie qui fut appelée plus tard le « Big Bang ».

                  

Grâce à l’organisation parfaite gérée par Altec, les membres de l’AAA (Guillaume, Georges, Gérard et Jean-Claude), disposaient non seulement de tables et de chaises, mais de quelques maquettes parfaitement adaptées aux circonstances, et de montages expérimentaux aussi performants que pédagogiques. 

Tout au long de l’après-midi des visiteurs de tous âges, profitant d’un temps particulièrement clément, se sont succédé pour découvrir non seulement les premiers instants de l’Univers, mais aussi les grandes structures comme les amas de galaxies, et les différents objets qui peuplent le ciel profond.
La suite du parcours pédestre, par la rue Victor Basch, la rue Guichard et la rue Pasteur, permettait de tout savoir sur la formation du Système Solaire, puis l’apparition de la vie sur Terre, et enfin la naissance de l’espèce humaine.
Cette journée de collaboration entre Altec et l’AAA laisse donc un bilan très positif, et pourra sans doute donner des idées pour d’autres animations scientifiques communes.

                    

 

Pleine Lune et traditions


Autrefois les indiens d’Amérique du Nord avaient l’habitude de donner des noms aux différentes pleines Lunes de l’année. 
Cela permettait d’avoir des repères pour la vie quotidienne, en particulier dans le domaine de la chasse et celui de l’agriculture. Mais  comme le calendrier lunaire ne correspond pas avec l’année solaire, puisqu’il n’y a pas un nombre entier de lunaisons dans la période de révolution de l Terre autour du Soleil, ils étaient obligés de « tricher » un peu, en rajoutant une pleine Lune de temps en temps dans leur année.
Lorsqu’ils sont arrivés, les colons venant d’Angleterre ont adopté la même coutume, et la tradition s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui, si bien que dans les éphémérides publiées dans les media américains, on trouve très souvent des dénominations imagées appliquées aux pleines Lunes de l’année en cours.

Nous avons consulté l' »Almanach du Vieux Fermier » pour vous donner ci-dessous le tableau des Pleines Lunes de l’année 2018, avec les appellations les plus courantes qui leur sont affectées. Certaines Lunes portent plusieurs noms, car les différentes tribus indiennes ne leur donnaient pas toujours la même signification.

A noter que les américains ont pris l’habitude de désigner par « Blue Moon » (la Lune bleue) la deuxième Pleine Lune qui se produit dans le même mois. En 2018, il y a deux « lunes bleues », une en janvier et une en mars.

N. B. : dans le tableau ci-dessous, les heures de Pleine Lune sont indiquées en heure UTC (Temps Universel Coordonné)

Nom des lunes

Pour plus de détails, vous pouvez consulter (en anglais) le site « The Old Farmer’s Almanac », à la rubrique « Astronomy ».

https://www.almanac.com/

NUIT DE LA LECTURE A CORMOZ

La Nuit de la Lecture est un événement national, patronné par le Ministère de la Culture. La seconde édition se tiendra le samedi 20 janvier 2018. Toutes les bibliothèques et librairies de France sont appelées à y participer, en créant dans leurs locaux des animations gratuites pour tous publics.

La bibliothèque de Cormoz a demandé le concours de l’AAA pour une soirée ayant pour thème l’astronomie. Nous apporterons donc notre concours à différents ateliers :

  • mini-conférence sur le Ciel et les Saisons.
  • présentation du Système Solaire
  • lecture de poèmes avec projection de photos
  • observation du ciel au télescope si la météo le permet

Le Planétarium Bressan sera également présent, et la bibliothèque de Cormoz aura de son côté préparé un coin lecture, un coin multimédia, une exposition « Ciel, miroir des Civilisations », et un atelier origami avec fabrication d’étoiles.

Rendez-vous donc à la bibliothèque municipale de Cormoz, qui se trouve 26, rue de la Salle des Fêtes (accès à l’arrière de la mairie de Cormoz), le samedi 20 janvier de 18 h à 22 h.

Téléphone : 06 47 06 79 30

Des étoiles filantes pour Noël ?

A la mi-décembre, les nuages nous ont empêchés de profiter d’une des plus belles pluies d’étoiles filantes de la fin d’année, celle des Géminides. Mais tout n’est peut-être pas perdu, car un autre essaim est annoncé du 17 au 26 décembre : celui des Ursides, qui montre un maximum le 22 décembre vers 14 heures.
Comme son nom l’indique, l’essaim des Ursides est attaché à la Petite Ourse. Plus précisément, son radiant est proche de l’étoile Kochab (UMi). Cette position fait qu’en principe il est visible toute la nuit.

 

Cet essaim est associé à la comète 8P Tuttle, dont le dernier passage au périhélie date de janvier 2008. 

Depuis 1988, son taux horaire moyen se situe entre 10 et 35, avec quelquefois des pointes jusqu’à 50. Cette année le maximum aura lieu en début de lunaison, ce qui permettra une observation sans être gêné par l’éclat de la Lune

La météo n’est pour l’instant guère favorable pour le 22 décembre, mais il semble que le ciel veuille bien se dégager pour le 23 et le 24 décembre, alors… il restera peut-être quelques belles étoiles filantes à contempler pour terminer l’année 2017 en beauté !