Journée de la Femme

Place des femmes en astronomie

Les femmes sont présentes en astronomie depuis des millénaires. La civilisation de Sumer, qui a produit quelques-uns des tous premiers astronomes historiques, a aussi fait de sorte que, du côté des femmes du IIe millénaire av. J.‑C., des astronomes sumériennes dirigent des grands temples observatoires. De Christine de Suède, Émilie du Châtelet qui traduit Newton, et Nicole-Reine Lepaute, jusqu’au début du XXe siècle, c’est en tant que « calculatrices », sortes d’ordinateurs humains, que plusieurs femmes s’impliquent ou sont engagées par les observatoires afin d’extraire l’information de données complexes. Certaines s’illustrent alors, telle que l’Américaine Annie Jump Cannon.
En 1992, des astronomes dont Claudia Megan Urry établissent The Baltimore Charter for Women in Astronomy qui vise à assurer des chances égales aux femmes.
Les historiens qui s’intéressent au genre et la science, dont notamment Londa Schiebinger, Éric Sartori et Yaël Nazé, et ont mis en lumière les efforts scientifiques et les réalisations des femmes, les obstacles rencontrés et les stratégies mises en œuvre pour que leur travail soit accepté par leurs pairs.

Voir l’article complet sur Wikipédia

Les Harvard Computers (« calculatrices de Harvard ») devant le bâtiment C du Harvard College Observatory (1913).

Un hommage particulier à Vera Rubin décédée le 25 décembre 2016 à l’âge de 88 ans. Cette astronome américaine Lire la suite

Réunion adhérents

Vendredi 17 mars 2017 à 20h30  – A la découverte des exoplanètes.

 

Vue d’artiste des trois étoiles de l’exoplanète HD 188753 Ab (l’une des étoiles étant couchée), à partir d’un hypothétique satellite de cette dernière.
NASA/JPL-Caltech Original téléversé par SnoopY sur Wikipedia anglais

Migration vers la norme https://

L’HyperText Transfer Protocol Secure, plus connu sous l’abréviation HTTPS — littéralement « protocole de transfert hypertexte sécurisé » — est la combinaison du HTTP avec une couche de chiffrement comme SSL ou TLS.

HTTPS permet au visiteur de vérifier l’identité du site web auquel il accède, grâce à un certificat d’authentification émis par une autorité tierce, réputée fiable (et faisant généralement partie de la liste blanche des navigateurs internet). Il garantit théoriquement la confidentialité et l’intégrité des données envoyées par l’utilisateur (notamment des informations entrées dans les formulaires) et reçues du serveur. Il peut permettre de valider l’identité du visiteur, si celui-ci utilise également un certificat d’authentification client.

En janvier 2017 Google Chrome a commencé à identifier et signaler les sites Web qui recueillent des informations sensibles sans utiliser le protocole HTTPS. Ce changement a pour but d’augmenter de manière significative l’utilisation du HTTPS. En février 2017, le protocole de sécurité HTTPS était utilisé par environ 16,28 % de l’Internet français.

Source wikipédia

Éteins la lumière

Les lumières de nos villes sont belles, mais qui pourrait penser qu’elles sont aussi meurtrières? Cette balade crépusculaire à travers les villes et les routes, aborde les impacts négatifs et positifs de la pollution lumineuse sur la faune nocturne.

Pour des raisons de protection des données numériques, la vidéo n’est pas consultable dans la fenêtre ci-dessous, cliquez sur le lien « Regarder sur Vimeo » pour la lire.

Eteins la lumière – Marine Belmonte from Asso des Amis de l’IFFCAM on Vimeo.

Assemblée générale

La prochaine assemblée générale de l’association se teindra le samedi 14 janvier 2017 à 14h30 dans la salle des associations de la maire de Ceyzériat.

Assemblée générale 2015